Monthly Archives: May 2013

Libérons le cahier Debian

Cahier de l'Admin Debian SqueezeAprès avoir libéré la traduction anglaise du livre, Raphaël Hertzog et Roland Mas veulent boucler la boucle et libérer le livre original, qui est en français. Leur proposition est simple: achetez un exemplaire du livre Debian Squeeze, lisez-le tranquillement cet été, décorez votre ordinateur portable avec le magnifique autocollant Debian détouré qui l’accompagnera, et à la rentrée impressionnez vos collègues et amis en montrant tout ce que vous pouvez faire avec Debian (sans avoir déboursé le moindre centime en licences de logiciels) ! :-)

En plus de tout cela, vous saurez que l’argent dépensé aura contribué à la libération du livre afin que tout un chacun puisse profiter de sa qualité et que son contenu puisse évoluer en parallèle à Debian… quoi de plus normal après tout pour un livre traitant d’un système d’exploitation qui se veut universel !

Les détails sont sur le site du projet.

Edit : la récolte achevée, le livre est libre et accessible via des liens sur cette page !

Nouvelles du projet Debian – 27 mai 2013

Logo DebianL’édition française du onzième numéro de l’année des « Nouvelles du projet Debian », la lettre d’information de la communauté Debian, vient d’être diffusée.  Voici les sujets traités dans cette édition :

La sécurité et la discrétion des échanges sur internet

Internet pose pas mal de questions : c'est un espace de liberté d'expression mais les questions de sécurité et de respect de la vie privée font que certains l'envisagent aujourd'hui comme un espace de pouvoir et de censure.

Les concepts de base

Une adresse IP ?
C'est l'adresse de n'importe quel appareil qui accède un réseau internet. Avant elle était composée de 4 séries de 3 chiffres (IPv4), mais ces adresses sont aujourd'hui toutes distribuées et nous allons passer bientôt à l'IPv6.

Un cookies ?
Le cookies est un petit fichier qui s'installe sur le client pour enregistrer une série de données qui sont sensées nous faciliter la navigation. Exemple : la langue pour accéder à un site.

Une connexion sécurisée ?
Une connexion au cours de laquelle les données sont cryptées et ne peuvent donc être lues que par l'émetteur et le récepteur.
Les sites qui proposent une connexion sécurisée commencent par https:// et sont par exemple les sites de homebanking, d'achat en ligne, de webmail, taon-web, ...

Sécuriser mon navigateur

Les autres traces laissées sur l'ordinateur :
• le cache : certaines données sur les sites les plus visités sont enregistrées en local sur l'ordinateur;
• l'historique : c'est la liste des sites visités;
• les cookies : utilisé pour retenir la langue, l'enregistrement de mots de passe mais cela peut être dangereux en cas de vol;
• les cookies flash : une nouvelle forme de cookies inventée par Adobe;  se rendre compte des informations stockées par cookies flash: http://www.macromedia.com/support/documentation/en/flashplayer/help/sett...

Pour éviter que des données soient stockées en cookies, en cache ou en historique, il faut ouvrir une fenêtre de navigation privée via "Fichier - Nouvelle fenêtre de navigation privée" dans Firefox.

Les plug-ins Firefox à installer (via "Outils - Modules complémentaires") :
• Adblock Plus : stoppe les pubs intrusives (possibilité de paramétrage par site via le bouton "stop" en bas à gauche";
• BetterPrivacy : fait un nettoyage automatique de l'enregistrement des préférences sur les sites;
• Cookie Monster : permet une gestion plus fine des cookies (en accepter certains, en refuser d'autres, en accepter via le bouton CM bleu en bas à droite);
• Ghostery : permet visualiser et de stopper le tracking, les boutons "like", ... (à paramétrer via le petit fantôme en haut à droite qui donne le nombre de sites qui "écoutent")
• No-script : stoppe les scripts javascript (possibilité d'accepter les scripts via l'encart en bas);

Remarque : Les modules Firefox sont installés dans le profil utilisateur. Pour que les modules soient activés pour plusieurs utilisateurs, il faut les installer pour chaque utilisateur.

Sécuriser ma connexion

Les traces enregistrées par le fournisseur d'accès :
• l'adresse IP;
• le nom de domaine des sites visités (comme google.be, skynet.be, ...)

Ces données doivent être enregistrées par les fournisseurs d'accès pendant 2 ans pour pouvoir être cédées à la police en cas de délit pour faire le lien entre une adresse IP et une personne.

Tous les sites visités peuvent aussi avoir accès à ces données : tapez "restaurant" dans Google et surprise, ce sont les restaurants situées à proximité qui s'affichent ! L'adresse Ip permet déjà de bien nous situer dans le monde !

Sur une borne wifi publique, tous les transferts sont publics, tous les sites visités sont transmis publiquement et si la connexion aux sites n'est pas sécurisée les mots de passe passent en clair.
Sur un wifi public, il faut donc éviter de donner des identifiants et mots de passe sur des sites qui ne commencent pas par https://.

Solution pour avoir une connexion sécurisée : un proxy, le VPN, SSH, Tor, OpenDNS.

Un proxy est un intermédiaire qui prend toutes les données qui transitent sur internet à notre place. Notre ordi peut soudainement bénéficier d'une IP étrangère (pratique pour télécharger des données réservées à certains pays).

Un VPN est un virtual private network qui peut être configuré sur une machine pour accéder aux données utilisateur du boulot de manière sécurisée depuis une autre machine comme un portable à la maison.

Une connexion SSH Secure Shell est une connexion sécurisée directe sur une machine distante.

Tor est un système qui fait passer les connexions par plusieurs points dans le monde et qui brouille les pistes pour les systèmes qui tracent. L'outil est beaucoup utilisé dans les pays où la censure est forte.
 
Un serveur DNS est un serveur qui fait le lien entre une adresse web et l'adresse Ip du serveur qui héberge le site. Chaque fournisseur d'accès propose un serveur DNS mais on peut utiliser un serveur ouvert à tous, OpenDNS.

Pour tester tous ces outils, une distro Linux hyper sécurisée à tester ou à installersur une clé USB bootable à emporter partout : Tails .

Mieux gérer ce que les sites connaissent de moi

Un site sympa pour se rendre compte de tout ce qui est enregistré :

http://www.cnil.fr/vos-droits/vos-traces/

La sécurité et la discrétion des échanges sur internet

Sur Facebook, Google, ... tous les mots clés et liens cliqués sont enregistrés pour nous montrer des pubs ciblées. Seul moyen pour éviter d'être pisté : utiliser les moteurs de recherche alternatif comme duckduckgo,startpage.

Un exemple de ce que Google peut voir sur la grippe rien qu'en analysant les moteurs de recherche : http://www.google.org/flutrends/intl/fr/be/#BE

Google analytics permet à Google d'enregistrer le trafic sur de nombreux sites.

Le bouton like de Facebook est un outil de tracking de Facebook, même pour les personnes qui ne sont pas connectées. Il pose un cookie qui permet d'enregistrer les sites visités et de les proposer lors de la la première inscription.

Evitez aussi d'utiliser votre compte facebook ou Google pour vous connecter ailleurs (ce qui est toujours proposé sur votre facilité !).

Avec un nom de domaine et un bon hébergement pour 20 à 30 euros, on est quand même bien tranquille.
 

 

en lire plus

Nouveau framabook : Histoires et cultures du Libre !

Framabook Histoires et cultures du LibreFramasoft annonce la sortie officielle de son nouveau framabook, assurément l’un des plus importants et ambitieux de sa collection (et pas uniquement pour ses 580 pages !). Le livre peut être téléchargé librement, mais aussi acheté en version papier.

Christophe Masutti, président de l’association Framasoft, et co-directeur de l’ouvrage, présente l’ouvrage dans un long billet sur Framablog.

À noter parmi les contributeurs Nicolas Jullien qui a animé récemment la conférence du cycle des Jeudis du Libre du 16 mai au Mundaneum à Mons, et Robert Viseur, actifs dans l’organisation de ces évènements, et qui a lui même animé 3 séances sur des sujets variés : la valorisation des logiciels libres en entreprise, créer un moteur de recherche avec des logiciels libres et la photographie numérique avec des logiciels libres.

Le sommaire suivant reprend de manière détaillée l’ensemble des thèmes abordés  dans ce nouveau framabook :

  • Hervé Le Crosnier , Préface
  • Camille Paloque-Berges et Christophe Masutti, Introduction générale

Partie 1 – (Pré-) histoire

  • Valérie Schafer, Des réseaux ouverts, pour quoi faire?
  • Christophe Masutti, Ingénieurs, hackers: naissance d’une culture
  • Pascal Robert, Esquisse d’une archéologie de l’informatique communicante
  • Christopher Kelty, Sharing source code

Partie 2 – Économie du Libre

  • Stéphane Ribas, Patrick Guillaud, Stéphane Ubéda, Les modèles économiques du logiciel libre et leur évolution
  • Nicolas Jullien et Jean-Benoît Zimmerman, Le logiciel libre : un renouveau du modèle industriel coopératif de l’informatique
  • Pierre-Amiel Giraud, Les RMLL, haut lieu mobile du libre francophone

Partie 3 – Trajectoires du Libre

  • Damien Djaouti, Influence du Libre dans l’histoire du jeu vidéo
  • Thibaud Hulin, Brève histoire de l’identité visuelle du Libre
  • Sébastien Broca, Free Software et open source: utopie et idéologie

Partie 4 – Licences libres

  • Benjamin Jean, L’évolution des licences libres et open source : critères, finalités et complétude?
  • Primavera de Filippi et Isabelle Ramade, Libre choix ou choix du libre?

Partie 5 – Études de cas

  • Robert Viseur, Mozilla : histoire d’une libération
  • Séverine Giordan, Pure Data, logiciel libre de productions créatives
  • Adrienne Alix, Wikipédia et le monde du Libre
  • Jonathan Chibois, Du logiciel libre pour l’Assemblée Nationale
  • Alexandre Hocquet, RTFM! La chimie computationelle: une communauté scientifique loin du libre

Partie 6 – Témoignages: Libre et institutions

  • Gérard Giraudon, Un point d’histoire de la stratégie d’INRIA sur l’open source
  • Jean-Luc Archimbaud, La place du logiciel libre au CNRS

Textes complémentaires

  • François Élie, Des trois communautés aux forges de demain
  • Jean-Pierre Archambault, Le libre dans l’Éducation Nationale

Réunion du 24 avril 2013

Une bonne réunion avec beaucoup de monde, cette fois-ci. Le Logiciel Libre serait-il en train de faire une percée ? ;)

Menu de cette réunion :

  • Installation de paquet .deb en mode terminal
  • Présentation de Scratch
  • Présentation de Clipping Magic


Sylvain nous a montré comment installer des paquets Debian directement dans un terminal. Il a prit pour exemple, l’installation d’Apache OpenOffice.

Pour rappel, vous pouvez aller regarder sur son site à l’adresse suivante : http://denis-sylvain.be/2012/05/27/comment-installer-apache-openoffice-sur-une-distribution-linux-basee-sur-debian/.

Nous sommes passés par la suite à une présentation très rapide de Scratch

Description reprise de Wikipedia :

  • Scratch est dynamique, il permet de modifier le code du programme en cours d’exécution. Orienté multimédia pour l’enseignement à l’univers informatique des enfants, il traite avec une grande facilité les concepts de base de la programmation comme les boucles, les tests, les affectations de variables, et surtout de la manipulation des objets dans la pure tradition des E-Toys connus sous Squeak, tout comme les sons et les vidéos.
  • Scratch est visuel, tout le code est directement inscrit dans la langue maternelle de l’enfant (une vingtaine de langues européennes est disponible) sous forme de briques en couleurs (par exemple les contrôles en orange, les variables en rouge, les mouvements en bleu).
  • Scratch permet ainsi à l’enseignant de diffuser sa pédagogie par une interactivité quasi-ludique des objets manipulés par ces briques logicielles. Le nom de Scratch provient du Turntablism, cet art de mélanger des sons grâce aux tables de mixage, comme cette vision de réutiliser des objets.

Pour l’installer, rien de plus simple. Vous le faites via la logithèque ou bien dans le terminal :

sudo apt-get install scratch

Le logiciel va être installé directement en français. Que demander de mieux ;)

Vous trouverez plus d’infos sur le site officiel : http://scratch.mit.edu/

Enfin, nous avons une présentation de http://clippingmagic.com/. Malheureusement, à ce moment, l’internet nous a fait défaut.

Clipping Magic est un logiciel de détourage de photos en ligne (pas besoin d’installation ou de gros logiciel à maîtriser). C’est une version Bêta mais elle fait déjà très bien son travail pour détourer des objets « simples » (une voiture, un bâtiment, …). Si vous voulez détourer un personnage, il risque d’y avoir des problèmes au niveau des cheveux par exemple mais comme c’est un WebService, on ne lui en voudra pas ;)

Revoici le lien : http://clippingmagic.com/

À très vite pour notre prochaine réunion.

Hackathon eGov Wallonia – 4, 5 et 6 octobre 2013 à Namur

Hackathon egov WalloniaLes Hackathons sont des marathons de développement informatique qui durent de un à plusieurs jours.

Ils ont pour but d’encourager le partage d’idées de nouveaux services et de mettre en exécution un ou plusieurs prototype(s) fonctionnel(s) utilisables à la fin de la session totale. Pour y arriver, les participants formes des équipes multi-disciplinaires qui collaboreront ensemble tout au long de l’événement pour réaliser l’application.

Des dizaines de Hackathons sont organisés à travers le monde, chaque année.

Les Hackathons eGov ont pour particularité d’être centrés sur le développement d’une application ou d’un service à destination des citoyens. Les opérateurs publics (administrations, prestataires de service à la collectivité, etc.) sont étroitement associés à l’événement et leurs participants peuvent être intégrés dans les équipes. Surtout, les administrations et opérateurs publics acceptent de mettre à disposition des ensembles de données exploitables afin de fournir aux développeurs la matière première qui leur permettra de mettre au point des applications qui fournissent un service tangible et réel aux usagers.

le Hackathon eGov Wallonia se tiendra à Namur les 4, 5 et 6 octobre 2013 !

De nombreux organismes publics (Region, OPI…) mettent à disposition des sets de données ouvertes à l’occasion de cet Hackathon.

Si vous êtes intéressés, rendez-vous rapidement sur leur site pour vous inscrire !

Atelier mai 2013 à 20h : La bureautique, alternative aux logiciels propriétaires.

Dates: 
ven, 17/05/2013 - 20:00

Bonjour à tous, comme vous le savez sans doute notre réunion mensuelle aura lieu ce vendredi 17 mai à 20h.

Pour cette réunion le sujet sera la bureautique, Sylvain nous fera une présentation des différents logiciels libres consacrés à la bureautique.

  • Apache OpenOffice et ces différentes variantes ainsi que le public cible, pour de la bureautique standard.
  • Opale pour la création de support de cours dynamique et attirant pour l'étudiant !
  • OptimOffice pour la création de documents divers et variés mais avec une approche différente d'OpenOffice
  • Dokiel qui vous sera sans aucun doute indispensable si vous devez créer des manuels technique ou d'utilisations
  • Et si le temps nous le permet, l'incontournable Scribus, qui sera une excellente alternative à InDesign pour la mise en forme et l'édition d'ouvrages.

Pour ceux qui ne connaitrait pas Sylvain, il s'agit d'un des représentants belges d'Apache OpenOffice et d'Ubuntu.

Accessoirement, il travaille dans la formation en bureautique auprès d'étudiants. Il est donc extrêmement qualifié et pourra nous apporter une expérience des plus complètes.

Fichier attachéTaille
aoo-logo.png16.25 Ko
Emplacement: 
Collège Cardinal Mercier
chaussée de Mont-Saint-Jean 83 bâtiment P, au fond du couloir
1420 Braine-l'Alleud
Belgique

Atelier LoLiGrUB samedi 18 mai 15h à Boussu – ownCloud : crée ton propre “cloud server”

Notre prochain atelier aura lieu samedi 18 mai 2013 à 15H à notre local habituel, au CAJ-MIR, 8 rue Bonaventure à 7300 Boussu.

Logo ownCloudNous montrerons comment créer son propre “cloud server” à l’aide de ownCloud, sur un Raspberry Pi ou sur un ordinateur traditionnel. L’idée fondamentale du projet ownCloud est de rendre à l’utilisateur le contrôle de ses données dans le “cloud”, en utilisant un logiciel libre et en s’affranchissant de licences souvent signées aveuglément avec les fournisseurs d’espaces “cloud” comme dropbox, google drive, skydrive…
Les avantages et limitations de cette configuration seront présentés : coût, consommation électrique, performances, sécurité, facilité,…

Nous échangerons aussi sur nos traditionnels sujets (formation Linux LPIC, extensions Firefox,…) et fourniront aides et réponses pour des installations et configurations de GNU-Linux et de logiciels libres à ceux qui le souhaitent.

Venez nombreux. Bonne ambiance assurée !

Debian 7.0 nommé “Wheezy” est de sortie !

La version 7.0 officielle de Debian vient de sortir. Nom de code : “Wheezy”openlogo-100

Retrouvez plus d’info sur le site de Debian

Extrait repris sur le site de Debian :

Après de nombreux mois de développement continu, le projet Debian a le plaisir d’annoncer la publication officielle de la version 7.0, surnommée Wheezy.
Cette nouvelle version de Debian contient diverses fonctionnalités intéressantes, telles que la prise en charge multiarchitecture, plusieurs outils pour déployer des nuages privés, un installateur amélioré et un ensemble complet de codecs et d’interfaces multimédia qui suppriment le besoin de dépôts tiers.

La prise en charge multiarchitecture, un des objectifs principaux de publication pour Wheezy, permettra aux utilisateurs de Debian d’installer des paquets pour différentes architectures sur le même système. Cela signifie qu’il est maintenant possible, pour la première fois, d’installer à la fois des logiciels pour 64 et 32 bits sur la même machine avec toutes les dépendances pertinentes satisfaites.

LinuxFr consacre bien évidemment une dépêche spécialement dédiée à cette sortie, déjà assortie de nombreux commentaires.

ReWICs le 15 mai à Charleroi : Rencontre des territoires numériques

Logo des ReWICsDans quelques jours, le 15 mai prochain, se déroulera à Charleroi la 13ème édition des ReWICs.

En 2013, les organisateurs ont décidé de modifier profondément les fondamentaux de la journée, dont la baseline se veut ambitieuse : les rencontres des territoires numériques innovants. L’accent sera mis sur deux concepts susceptibles de structurer l’action publique, sociale et politique : d’une part, le concept de territoires numériques, ensuite celui d’innovation sociale, appréhendé de manière beaucoup plus fine que précédemment.

De nombreux thèmes seront abordés lors de tables rondes, ateliers et démonstrations, avec une représentation importante de la sphère du libre. La participation est gratuite et environ mille participants sont attendues à la Géode de Charleroi.

Vous trouverez les renseignements complets sur le site ReWICs.be !