Monthly Archives: February 2013

Charleroi, le 21 mars : Traiter ses photos avec des logiciels libres


Robert Viseur (clin d'oeil)Ce jeudi 21 mars 2013 à 19h se déroulera la dix-septième séance “montoise” des Jeudis du Libre de Belgique, organisée extra muros, à Charleroi !

Le sujet de cette séance : Traiter ses photos avec des logiciels libres

Thématique : Photographie|Image

Public : Tout public

L’animateur conférencier : Robert Viseur (UMONS / CETIC / photographe indépendant)

Lieu de cette séance : HEPH Condorcet (Catégorie Technique), auditorium NA3 – 31, Boulevard Solvay – 6000 Charleroi (entrée par la “Rue Lebeau”).
Cf. ce plan sur le site OSM

La participation sera gratuite et ne nécessitera que votre inscription nominative, de préférence préalable, ou à l’entrée de la séance. Merci d’indiquer votre intention (même incertaine) en vous inscrivant via la page http://jeudisdulibre.fikket.com/

Cette séance sera suivie d’un verre de l’amitié, offert par la HEPH Condorcet.

Une tentative de retransmission de la conférence en streaming sera effectuée, permettant à ceux qui ne peuvent y assister en direct à Charleroi de la suivre via internet, chez eux ou ailleurs. Le lien de diffusion sera envoyé par courrier électronique aux personnes inscrites.

Si vous êtes intéressé(e) par ce cycle mensuel, n’hésitez pas à consulter l’agenda et à vous inscrire sur la liste de diffusion afin de recevoir systématiquement les annonces.

Pour rappel, les Jeudis du Libre se veulent des rencontres autour de thématiques des Logiciels Libres. Les rencontres montoises se déroulent chaque troisième jeudi du mois, et sont organisées dans des locaux et en collaboration avec des Hautes Écoles et Facultés Universitaires du Pôle Hainuyer d’enseignement supérieur impliquées dans les formations d’informaticiens (UMONS, HECFH et Condorcet), et avec le concours de l’A.S.B.L. LoLiGrUB, active dans la promotion des logiciels libres.

Description : Les logiciels édités par Adobe (Photoshop, Lightroom, etc.) et, plus globalement, les logiciels propriétaires (suite DxO, Photomatix, etc.) sont très largement utilisés dans le monde de la photographie, que ce soit par les professionnels ou les amateurs. Certes, les logiciels libres existants ne disposent pas (encore) des qualités ergonomiques ni de la richesse fonctionnelle des logiciels propriétaires de référence (algorithmes avancés de gestion du bruit, par exemple). Cependant, une offre de logiciels libres pour le traitement des photos existe et est disponible gratuitement (et légalement!). Elle permet déjà de couvrir un large éventail de besoins: recadrage, amélioration du contraste, amélioration de la netteté, correction de la balance des blancs, passage en noir et blanc, application de filtres, HDR et pseudo-HDR, retouche avec calques et masques de calques, création de panoramas, mise en œuvre du focus stacking (hyperfocus), etc. Cet exposé se veut pratique. Il contiendra des exemples d’utilisation de logiciels libres tels que The Gimp, UFraw ou Hugin. Il montrera leurs forces mais également quelques limitations à leur usage.

MISE A JOURS

Réponse de Robert Viseur aux questions posées lors de la conférence :
http://www.robertviseur.be/news-20130322.php

Le support de présentation est disponible à l’adresse suivante :
http://www.robertviseur.be/download/rv-jdl-2013-photo.pdf

Débuter en dessin vectoriel avec Inkscape

Découvrir les images vectorielles

La plupart des images numériques sont des images matricielles ou bitmap, c'est-à-dire d'immenses tableaux contenant des points de couleurs (les pixels).

Ce format d'image n'est pas particulièrement adapté pour la réalisation de dessins et logos qui peuvent nécessiter une exploitation en diverses tailles, allant du petit un logo de site web à un énorme logo sur une bannière publicitaire, en passant par un format intermédiaire sur une affiche.

La solution ? Les images vectorielles ...

Une image matricielle sous la loupe :

Une image vectorielle sous la loupe :

Les images vectorielles sont construites sur base des équations mathématiques des courbes, c'est pourquoi, les traits restent nets qu'on zoome autant qu'on veut.

Pour vous en convaincre, un petit extrait de notre disque rouge au format svg, édité en mode texte :

Nous lisons que notre trajectoire (path) est un arc, centré un un point situé autour de (284,496) et de rayon 190. Ceux qui connaissent les codes couleurs html, reconnaissent aussi que la couleur de remplissage (fill) est le rouge (#ff0000).

Voyons à présent comment créer ces dessins ...

Dessiner les formes de base

Il est temps de passer aux formes! Cliquez sur l'outil Rectangle dans la barre d'outils et avec un cliquer-déplacer, créez un rectangle :

Avec les autres outils, vous pouvez aussi créer des ellipses , des étoiles et des spirales :

Déplacer, redimensionner et faire tourner des objets

L'outil d'Inkscape le plus utilisé est le sélecteur situé en haut de la barre d'outils. Vous pouvez alors sélectionner n'importe quel objet sur le canevas. Exemple : tracez un rectangle comme celui ci-dessous.

Sélectionnez le sélecteur et cliquez une fois pour voir apparaître huit poignées en forme de flèche autour des bords de l'objet. Vous pouvez maintenant déplacer l'objet à la souris avec un cliquer-déplacer
et redimensionner l'objet, en déplaçant une poignée (appuyez sur Ctrl pour préserver ses proportions).

Si vous cliquez une seconde fois sur le rectangle, les poignées changent de forme. Vous pouvez maintenant tourner l'objet en déplaçant une poignée de coin.

Modifier la couleur et le contour d'une forme

Lorsque vous avez tracé une forme,vous pouvez modifier sa couleur en la sélectionnant avec le sélecteur , et en cliquant sur la couleur de votre choix dans la palette de couleurs du bas de page.

Pour choisir une couleur plus précise et pour modifier le contour utilisez l'outil "remplissage et contour"
.

Les informations sont présentées en 3 onglets : la couleur de remplissage, la couleur de contour et le style du contour. Par défaut, aucun contour n'est défini et vous devez cocher la bonne option pour pouvoir lui associer une couleur :
.
Notez qu'il est possible de définir les couleurs selon différents standards et pour les non initiés, la roue est le moyen le plus simple de choisir.
Définissez ensuite le style du contour en choisissant son épaisseur et le style de bords.

Les opérations sur les formes (différence, union, ...)

Via le menu "Chemin", vous accédez à plusieurs opérations sur les chemins.

Vous devez au préalable sélectionner (avec la flèche) deux formes qui se superposent (en enfonçant shift). Pour réaliser une différence, retenez que c'est la forme du dessus qui mange celle du dessous. Pour gérer la manière dont les formes se superposent, utilisez les boutons de gestions des piles :

Et maintenant, dessinez moi une lune en faisant la différence entre deux cercles !

Modifier un objet en mode vectoriel càd modifier un chemin

C'est maintenant que nous entrons dans le monde vectoriel ...

Sélectionnez une forme et passez en mode vectoriel . Votre forme devient alors éditable à l'aide de poignées et de tangentes.

Vous pouvez ajouter une poignée (en sélectionnant les deux poignées contigües), supprimer une poignée et modifier le type des tangentes à la poignées :

Et maintenant, transformez moi cette lune en jolie banane !

Exporter un dessin dans divers formats

Une fois votre joli logo réalisé en svg, vous aurez sans doute besoin de l'exporter en bitmap pour l'intégrer dans un document ou en pdf pour impression.

Via le menu "Fichier > Exporter en bitmap", vous pouvez exporter uniquement les objets sélectionnés ou toute la page définie par les bords noirs. Choisissez ensuite la taille de l'image générée à votre guise : 50 ou 5000px !

Via le menu "Fichier > Enregistrer sous", vous pourrez aussi enregistrer votre jolie réalisation en pdf.

Notez qu'il est possible de définir divers formats de page de travail pour obtenir un résultat prêt à imprimer lors de l'export. Visitez le menu "Fichier > Propriété du document" pour en savoir plus.

Utiliser les dégradés de couleurs

Il est possible de définir des dégradés comme couleur de remplissage .

Les dégradés sont soit des dégradés linéaires (troisième option de remplissage), soit des dégradés circulaires (quatrième option de remplissage).

Voici un exemple de réalisation d'un dégradé circulaire :

En cliquant sur "Editer", vous avez la possibilité d'éditer les couleurs qui composent le dégradé (les "stops"), d'en ajouter et de spécifier le décalage des couleurs intermédiaires.

Vectoriser une image bitmap pour obtenir de jolis visuels

Il est possible d'importer des images bitmap pour les vectoriser, de manière à obtenir un rendu "dessin" sur base d'un visage ou d'un paysage "photo".

Via le menu "Importer", vous intégrerez vos images bitmap et via le menu "Chemin < Vectoriser bitmap", vous pourrez simuler divers modes de vectorisation.

Testez essentiellement la vectorisation sur base de la luminosité (qui permet d'obtenir l'équivalent d'un dessin au crayon) et la vectorisation sur base des couleurs (qui permet d'obtenir l'équivalent d'un dessin en couleur).

Divers paramètres peuvent être modifiés et vous avez la possibilité de visualiser un aperçu avant d'appliquer la vectorisation.

Un joli exemple d'arbre vectorisé :

Gérer l'alignement des différents objets

Pour aligner vos différentes formes, selon toutes les logiques possibles, utilisez le menu d'alignement (en haut) .

Avec un beau dégradé sur toute la page, un joli rectangle au contour arrondi, un peu de texte et un bon alignement,
vous êtes à présent en mesure de réaliser de jolies affiches ...

Encore plus de fonctionnalités ...


Visitez la documentations officielle
dont je me suis largement inspirée dans ce tuto !

en lire plus

Mons, jeudi 28 mars : “Qui a inventé Internet ?”

Jeudi 28 mars 2013 à 19 heures à la salle académique de la Faculté polytechnique de l’UMONS, 31 bd Dolez à Mons, se tiendra la conférence

“Qui a inventé Internet?”
Ce que l’histoire de l’informatique nous apprend sur une vraie fausse question

Cette conférence est la toute première du cycle organisé dans le cadre de l’exposition « Polytechnologie, 175 ans au cœur de l’innovation technologique ». Elle est organisée en partenariat avec le Mundaneum et sera suivie par un drink. Accueil à partir de 18h30. Inscription sur ce site !

Pour toute information: scitech2@umons.ac.be ou 065/37.38.41

Résumé :

Les querelles récurrentes dont la presse et Internet se font l’écho autour de l’innovation technologique et de ses acteurs rappellent combien la naissance et le développement du « réseau des réseaux » nourrissent des imaginaires et discours auto-référentiels, politiques, économiques, idéologiques, forts.

Dans le cadre de cette conférence, Valérie Schafer (ISCC, CNRS) et Benjamin G. Thierry (Université Paris-Sorbonne) reviennent sur la genèse et le développement des réseaux de données puis d’Internet dans le seconde moitié du XXe siècle en montrant la multiplicité des acteurs engagés dans le processus d’innovation tout en rompant avec la tradition dépassée de la recherche de l’inventeur unique. Ils s’interrogent sur les évolutions et acclimatations des technologies et imaginaires américains en Europe et enfin, sur la problématique toujours actuelle de l’acculturation des nouveaux usages de communication par le grand public.

“Qui a inventé Internet ?”, fausse question, mais vrai point de départ pour une réflexion globale sur l’histoire de l’informatique.

Courtes biographies :

  • Valérie Schafer est chargée de recherche à l’Institut des sciences de la communication du CNRS. Ses recherches portent sur l’histoire des réseaux de données. Elle a notamment dirigé avec Jérôme Bourdon le dossier « Histoire de l’Internet, Internet dans l’histoire » du Temps des médias (n° 18 printemps 2012) et co-écrit avec Benjamin G. Thierry, Le Minitel l’enfance numérique de la France (Nuvis, 2012).
  • Benjamin G. Thierry enseigne l’histoire contemporaine et des médias à l’Université Paris-Sorbonne (IUFM de l’Académie de Paris). Il travaille en particulier sur l’histoire des interfaces homme-machine et de l’idée d’utilisateur en informatique et télécommunications.

 

Réunion du 22 février 2013

Bienvenue à cet atelier sur le montage vidéo.

Sylvain nous a fait cette présentation.

Tout d’abord, nous avons eu droit à une présentation d’Ubuntu Studio (Une version d’Ubuntu déjà fournit des logiciels pour le montage vidéo, audio ou encore les images)

Ubuntu Studio

Nous avons ensuite survolé deux logiciels libres : OpenShot qui permet de faire du montage vidéo, faire des effets sur les titres avec des survols de caméras par exemple et le superbe Kdenlive (logiciel très abouti).

Sylvain nous a précisé que lui même utilisait les deux en parallèle et que l’intégration d’une vidéo en provenance de l’autre logiciel se faisait sans souci, et ce, même si les formats d’images ne sont pas identiques.

En même temps, nous avons découvert « WeVideo for Google Driver », un logiciel en ligne pour Google. Il est vrai que ce n’est pas un logiciel libre mais il a le mérite d’exister. L’avantage de ce logiciel, en plus d’être en ligne – donc pas d’installation-, est qu’il est très très simple d’utilisation avec de très beaux effets programmés. Bien évidemment, il est loin des performances d’OpenShot ou Kdenlive mais si vous désirez mettre en ligne très rapidement, il est très pratique.

A bientôt pour notre prochaine réunion.

Nouvelles du projet Debian – 18 février 2013

Debian Gnu/LinuxL’édition française du quatrième numéro de l’année des « Nouvelles du projet Debian », la lettre d’information de la communauté Debian, vient d’être diffusée.  Voici les sujets traités dans cette édition :

La marque (du langage) Python est en péril en Europe !

Logo de PythonC’est un problème juridique, mais ses conséquences pourraient être désastreuses pour la communauté du langage de programmation Python !

Le célèbre (et libre) langage de programmation Python est en danger en Europe pour une sombre histoire de droit des marques.

Vous trouverez sur Framablog la traduction de l’appel à soutien de Van Lindberg, président de la Python Software Foundation.

Voici juste un extrait pour susciter l’écriture de quelques simples courriers qui, tous mis ensemble, peuvent contribuer à la sauvegarde de l’appellation du langage de programmation Python :

“les meilleures preuves que nous puissions transmettre au bureau européen des marques déposées sont les lettres d’entreprises connues « utilisant le logiciel de marque PYTHON dans divers pays de l’Union Européenne » de telle sorte que nous puissions « obtenir des témoignages indépendants de leur part, prouvant l’origine de la signification de la marque PYTHON, en relation avec le logiciel et les produits/services associés ». Nous avons aussi besoin de preuves d’utilisation de Python à travers toute l’Union Européenne.”

Mons, le 21 février : Présentation d’OpenStack


openstack-logo5Ce jeudi 21 février 2013 à 19h se déroulera la seizième séance montoise des Jeudis du Libre de Belgique.

Le sujet de cette séance : Présentation d’OpenStack

Thématique : sysadmin, cloud computing Public : sysadmin, entreprises, étudiants

L’animateur conférencier : Michaël Van de Borne (CETIC)

Lieu de cette séance : Catégorie technique (ISIMs) de la Haute Ecole de la communauté française en Hainaut, Avenue V. Maistriau, 8a, Salle Académique, 2e bâtiment (cf. ce plan sur le site de l’ISIMs)

La participation sera gratuite et ne nécessitera que votre inscription nominative, de préférence préalable, ou à l’entrée de la séance. Merci d’indiquer votre intention (même incertaine) en vous inscrivant via la page http://jeudisdulibre.fikket.com/

Cette séance sera suivie d’un verre de l’amitié, offert par la catégorie technique de la Haute Ecole de la communauté française en Hainaut (l’ISIMs).

Si vous êtes intéressé(e) par ce cycle mensuel, n’hésitez pas à consulter l’agenda et à vous inscrire sur la liste de diffusion afin de recevoir systématiquement les annonces.

Pour rappel, les Jeudis du Libre se veulent des rencontres autour de thématiques des Logiciels Libres. Les rencontres montoises se déroulent chaque troisième jeudi du mois, et sont organisées dans des locaux et en collaboration avec des Hautes Écoles et Facultés Universitaires du Pôle Hainuyer d’enseignement supérieur impliquées dans les formations d’informaticiens (UMONS, HECFH et Condorcet), et avec le concours de l’A.S.B.L. LoLiGrUB, active dans la promotion des logiciels libres.

Description : S’il est un domaine dont on parle à l’envi, c’est bien celui du cloud computing. Lors de cette présentation, Michaël Van de Borne redéfinira brièvement ce que l’on entend par “cloud” et fera un tour d’horizon des outils IaaS (Infrastructure as a service) dans le monde du logiciel libre. Il expliquera ensuite en quoi OpenStack se différencie d’autres outils similaires, et comment OpenStack est devenu au cloud computing ce que Linux est au système d’exploitation. Il présentera enfin les possibilités offertes par l’outil, et comment s’en servir.

Jeudi du Libre le 21 février à Mons : Présentation d’OpenStack

openstack-logo5Ce jeudi 21 février 2013 à 19h se déroulera la seizième séance montoise des Jeudis du Libre de Belgique.

Le sujet de cette séance : Présentation d’OpenStack

Thématique : sysadmin, cloud computing Public : sysadmin, entreprises, étudiants

L’animateur conférencier : Michaël Van de Borne (CETIC)

Lieu de cette séance : Catégorie technique (ISIMs) de la Haute Ecole de la communauté française en Hainaut, Avenue V. Maistriau, 8a, Salle Académique, 2e bâtiment (cf. ce plan sur le site de l’ISIMs)

La participation sera gratuite et ne nécessitera que votre inscription nominative, de préférence préalable, ou à l’entrée de la séance. Merci d’indiquer votre intention (même incertaine) en vous inscrivant via la page http://jeudisdulibre.fikket.com/

Cette séance sera suivie d’un verre de l’amitié, offert par la catégorie technique de la Haute Ecole de la communauté française en Hainaut (l’ISIMs).

Si vous êtes intéressé(e) par ce cycle mensuel, n’hésitez pas à consulter l’agenda et à vous inscrire sur la liste de diffusion afin de recevoir systématiquement les annonces.

Pour rappel, les Jeudis du Libre se veulent des rencontres autour de thématiques des Logiciels Libres. Les rencontres montoises se déroulent chaque troisième jeudi du mois, et sont organisées dans des locaux et en collaboration avec des Hautes Écoles et Facultés Universitaires du Pôle Hainuyer d’enseignement supérieur impliquées dans les formations d’informaticiens (UMONS, HECFH et Condorcet), et avec le concours de l’A.S.B.L. LoLiGrUB, active dans la promotion des logiciels libres.

Description : S’il est un domaine dont on parle à l’envi, c’est bien celui du cloud computing. Lors de cette présentation, Michaël Van de Borne redéfinira brièvement ce que l’on entend par “cloud” et fera un tour d’horizon des outils IaaS (Infrastructure as a service) dans le monde du logiciel libre. Il expliquera ensuite en quoi OpenStack se différencie d’autres outils similaires, et comment OpenStack est devenu au cloud computing ce que Linux est au système d’exploitation. Il présentera enfin les possibilités offertes par l’outil, et comment s’en servir.

LoLiGrUB : atelier ce samedi 16 février 15h à Boussu

Notre prochain atelier aura lieu samedi 16 février 2013 à 15H à notre local habituel, au CAJ-MIR, 8, rue Bonaventure à 7300 Boussu. Nous échangerons sur différents sujets :

  • Partage d’expériences et d’idées sur l’utilisation du Raspberry Pi
  • Pour les nombreux membres qui se forment via le canevas LPI “Linux Essentials”, nous suggérons de préparer les deux thèmes suivants que nous discuterons :
  • Deux extensions bien utiles de Firefox seront présentées. D’autres suivront lors de prochains ateliers !
  • Aides, questions et réponses pour des installations et configurations de GNU-Linux et de logiciels libres

N’oubliez pas de vous munir de votre Raspberry Pi et de votre bonne humeur…

Nouvelles du projet Debian – 4 février 2013

Debian Gnu/LinuxL’édition française du troisième numéro de l’année des « Nouvelles du projet Debian », la lettre d’information de la communauté Debian, vient d’être diffusée.  Voici les sujets traités dans cette édition :